Ordre national du Québec - Honneur au peuple du Québec

Restaurer la taille du texteAugmenter la taille du texte


René Derouin

Chevalier (2008)

Artiste émérite, René Derouin œuvre en arts visuels depuis plus de 50 ans, parcourant les Amériques, du nord au sud, pour fouiller dans le passé, à la recherche des traces culturelles. Son exploration artistique progresse avec les voyages qu’il entreprend pour sonder l’identité continentale. En quête de ses racines, il creuse ainsi l’idée d’américanité. Sa démarche va de la gravure au dessin, passant par la sculpture, l’installation et l’écriture. Par l’essor de ses recherches pionnières, il contribue  au rayonnement de la gravure; il n’a de cesse d’expérimenter la puissance et la portée de la gravure sur bois – toujours au cœur de son processus –, que ce soient le bois en relief, la céramique ou le travail sur papier.

M. Derouin est né à Montréal en 1936. Pendant la période 1955-1970, il travaille, voyage, expérimente : Mexique, Canada, États-Unis et Japon ponctuent son itinéraire. Il se penche alors sur les cultures précolombiennes, se familiarise avec l’art mural mexicain et étudie la gravure japonaise. Plus tard, il poursuit ses recherches dans le Grand Nord québécois. Somme toute, au cœur de la quête identitaire et de la tourmente des flux migratoires qui frappent le xxie siècle, la cohérence indéfectible de l’œuvre de Derouin se démarque, s’adressant à un vaste public qui se reconnaît à travers la contemporanéité de sa démarche, tout à fait exceptionnelle.

Les œuvres de M. Derouin ont été exposées dans plusieurs musées (Québec, Canada, États-Unis, Mexique, Venezuela, Australie, Japon). En 1998, le Glenbow Museum de Calgary lui consacrait une rétrospective, présentée ensuite au Musée des beaux-arts de Montréal.

En 1995, M. Derouin met sur pied chez lui, à Val-David, une fondation vouée aux échanges Nord-Sud et à l’art d’intégration, ainsi qu’un centre d’exposition en plein air, Les Jardins du précambrien.

En 1998, René Derouin recevait la Bourse de carrière du Conseil des arts et des lettres du Québec. En 1999, le prix du Québec Paul-Émile-Borduas lui était remis ainsi que la médaille du Palacio de Bellas Artes du Consulat du Mexique pour son apport aux échanges culturels. En 2006, le gouvernement mexicain lui décernait l'Ordre de l'Aigle aztèque, la plus haute distinction octroyée à un citoyen étranger. En 2007, il est nommé chevalier de l’Ordre de la Pléiade, section du Québec, par l'Assemblée parlementaire de la Francophonie.

Vidéo

Recherche dans le site