Gouvernement du Québec. Retour à la page d'accueil.

Ordre national du Québec - Honneur au peuple du Québec

Restaurer la taille du texteAugmenter la taille du texte


Monique Leyrac

Chevalière (1998)

Née à Montréal, Monique Leyrac entame sa carrière comme comédienne à la radio et se joint en 1949 à la troupe du Faisan Doré. Elle tient la vedette du film québécois Les lumières de ma ville en 1950. Déjà à cette époque, elle enregistre des compositions d'ici, dont le P'tit bonheur de Félix Leclerc. Elle effectue en 1950-1951 une tournée en France, en Belgique, en Suisse et au Liban. Elle séjourne à Paris de 1952 à 1958 et joue au théâtre plusieurs pièces du répertoire classique.

En 1958, elle revient au Québec et tient divers rôles au théâtre, dont celui de Polly dans l'Opéra de Quat'Sous de Bertolt Brecht et de Kurt Weile. C'est en 1963 qu'elle consacre son premier album aux auteurs-compositeurs Claude Léveillée et Gilles Vigneault : L'Hiver, Il en est passé, Il n'y a pas de bout du monde. Elle remporte le premier prix au concours international Chansons sur mesure en 1963 avec Les amours anciennes de Sylvain Lelièvre.

Elle devient coanimatrice de Plein Soleil à la télévision de Radio-Canada de 1962 à 1964, de Bonsoir Chérie en 1964, et tient un rôle dans Les enquêtes Jobidon.

En 1964, elle partage l'affiche de Place des arts avec les Swingle Swigners et remporte cette même année un trophée d'excellence au Gala des artistes. Interprète féminine de l'année au Festival du disque en 1969, elle remporte aussi le grand prix du Festival de Sopot (Pologne) pour son interprétation de Mon pays de Vignault et le grand prix du Festival de la chanson d'Ostende en Belgique.

Elle triomphe l'année suivante au Town Hall de New York, chante à l'Olympia de Paris et effectue une tournée en URSS. En 1967, elle enregistre 39 émissions pour la radio de Toronto (CBC) et deux albums en anglais à Londres. Elle connaît un immense succès tant au Massey Hall de Toronto qu'au Carnegie Hall de New York.

Lors de l'Expo 67 à Montréal, elle donne une série de spectacles avec André Gagnon. Après des concerts à la Place des arts et la tournée au Québec, elle reçoit une fois de plus le trophée de l'interprète féminine de l'année au Festival du disque.

En 1970, elle tourne aux côtés de Geneviève Bujold dans le film Act of the Heart et donne un concert avec l'Orchestre symphonique de Montréal à la Place des arts. La Société Radio-Canada (SRC) lui consacre une émission spéciale en 1972 : Une femme comme les autres. Elle retournera en France cette même année et y demeurera jusqu'en 1975. À son retour à Montréal, elle tient la vedette de Mademoiselle Marguerite boit un peu puis, en 1976, elle présente les poèmes d'Émile Nelligan mis en musique par André Gagnon, repris à Paris en 1977 et 1979. Elle rend hommage à Félix Leclerc dans un album en 1977, reçoit le prix de musique Calixa-Lavallée en 1979 et présente la même année Ragtime à la Place des arts. En 1980, elle participe au spectacle hommage à Gilles Vigneault en interprétant Je vous entends chanter.

Dix ans après avoir incarné Sarah Bernhardt dans la pièce Divine Sarah, elle fait la mise en scène et joue seule sur scène Sarah Bernhardt et la bête présentée en anglais d'abord puis en français.

En plus d'avoir tracé la route aux interprètes féminines d'ici, elle a fait sa marque à l'étranger par ses immenses succès dans les concours internationaux. Toujours la plus grande interprète des compositeurs et poètes québécois, elle est Officier de l'Ordre du Canada depuis 1967 et a été nommée Femme de l'année au cours de sondage de la Presse canadienne à trois reprises pendant sa carrière.

Recherche dans le site

Accessibilité   |   Politique de confidentialité   |   Règlement sur la diffusion de l'information

Gouvernement du Québec
© Gouvernement du Québec, 2018