Gouvernement du Québec. Retour à la page d'accueil.

Ordre national du Québec - Honneur au peuple du Québec

Restaurer la taille du texteAugmenter la taille du texte


Jacques Genest (1919 – 2018)

Grand officier (1991)

Pionnier de la recherche biomédicale au Québec, Jacques Genest a été à l’origine du premier organe de la province à véritablement réunir cliniciens et chercheurs fondamentalistes : l’Institut de diagnostic et de recherches cliniques de Montréal, inauguré en 1967 et rebaptisé Institut de recherches cliniques de Montréal en 1986. Porteur de trois certificats de spécialité médicale (médecine interne, endocrinologie et néphrologie), il a fait progresser, comme chercheur, les aspects biomédicaux et cliniques des maladies rénales et, surtout, de l’hypertension. Il fut professeur de médecine à l’Université de Montréal à partir de 1964 et à l’Université McGill à compter de 1970.

M. Genest naquit à Montréal en 1919. Il obtint un diplôme de médecine de l’Université de Montréal en 1942. Il fit un résidanat en médecine interne, puis en pathologie, à l’Hôtel-Dieu de Montréal de 1942 à 1944. Par la suite, il se spécialisa en endocrinologie et en néphrologie aux États-Unis, soit au Johns Hopkins Hospital, de 1945 à 1948, et au Rockefeller Hospital for Medical Research, de 1948 à 1951.

De retour au Québec, il fut mandaté par l’État pour effectuer une enquête comparative sur la situation de la recherche. Au vu de ce qui se passait aux États-Unis et en Europe, il réalisa vite le retard de la province sur le plan médical. Aussi, en 1952, créa-t-il, avec l’appui d’un avocat, Marcel Piché, une société (Centre médical Claude-Bernard) en vue de la constitution, au moment propice, d’un centre intégré de recherche clinique. À peu d’intervalle, la directrice générale de l’Hôtel-Dieu de Montréal lui confiait la tâche d’implanter, dans cet établissement francophone, une unité de recherche clinique (Département de recherches biomédicales), qu’il allait diriger jusqu’en 1967.

En 1955, M. Genest a cofondé la Société canadienne de recherches cliniques. Quatre ans plus tard, il lançait le Club de recherches cliniques du Québec.

En 1963, il a mis sur pied le Conseil de la recherche en santé du Québec. Il en assura la présidence de 1963 à 1969.

En 1964, l’influente et puissante Université McGill lui offrait le poste de doyen de la Faculté de médecine, et il en profita alors pour faire avancer son initiative de centre intégré de recherche clinique, et ce, en collaboration avec Marcel Piché, président du Centre médical Claude-Bernard. Dans la même année, le ministère de la Santé a débloqué les crédits nécessaires à la mise en place d’une infrastructure moderne de recherche médicale pour le Québec. En 1965, le Centre médical Claude-Bernard a pris le nom d’Institut de diagnostic et de recherches cliniques de Montréal. De 1966 à 1968 s’est construit, dans la métropole québécoise, un immeuble destiné à héberger l’Institut, que M. Genest allait diriger officiellement de 1967 à 1984. Dès les débuts de l’Institut, M. Genest y favorisa une interaction entre le milieu médical et la recherche fondamentale en couplant des initiatives de recherche clinique à des travaux de laboratoire. En 1976, il invita David J. Roy, O.Q., à y fonder le premier centre d’éthique biomédicale au Canada.

Par ailleurs, de 1972 à 1989, M. Genest présida le conseil d’administration de la Fondation Lionel-Groulx, organisme dont il avait participé à la fondation en 1956.

Vidéo

Recherche dans le site

Accessibilité   |   Politique de confidentialité   |   Règlement sur la diffusion de l'information

Gouvernement du Québec
© Gouvernement du Québec, 2018