Gouvernement du Québec. Retour à la page d'accueil.

Ordre national du Québec - Honneur au peuple du Québec

Restaurer la taille du texteAugmenter la taille du texte


Membres du Conseil

Jean-Guy Paquet, grand officier – 2005, président du Conseil de l’Ordre

Ingénieur de formation, Jean-Guy Paquet a été, à l’Université Laval, professeur-chercheur, directeur du Département de génie électrique (1965-1969), vice-doyen de la Faculté des sciences et de génie (1969-1972), vice-recteur à l'enseignement et à la recherche (1972-1977) et recteur (1977-1987). Au cours de son rectorat, il a mis en place, notamment, le GATIQ (Groupe d’action pour l’avancement technologique et industriel de la région de Québec), qu’il a présidé dès les débuts et dont l’action s’est matérialisée par la création du Parc technologique du Québec métropolitain et de l’Institut national d’optique (INO). En 1988, il s’est tourné vers le secteur privé en intégrant comme dirigeant le Groupe La Laurentienne. En 1994, il a été nommé PDG de l’Institut national d’optique (INO), poste qu’il a occupé tout près de onze ans. Depuis 2005, il est président du conseil d’administration de l’Institut. Au cours de sa carrière, M. Paquet a fait partie d’une vingtaine de conseils d’administration d’entreprises publiques et privées. Il a, entre autres, présidé celui du Musée national des beaux-arts du Québec, de 1989 à 1994.

M. Paquet a été élu au Conseil de l’Ordre en 2013, puis réélu en 2016.

Photo : Les Photographes KEDL


Francine Décary, officière – 2008, vice-présidente du Conseil de l’Ordre

Hématologue de formation et chercheuse scientifique, Francine Décary, après avoir fondé Héma-Québec, a rétabli la confiance du public québécois dans le système d’approvisionnement en sang. Elle a réussi, en quelques années, à placer Héma-Québec parmi les fabricants de produits sanguins offrant le plus de sûreté et de fiabilité au monde. À telle enseigne que l’organisme attire aujourd’hui des spécialistes du monde entier intéressés à voir de près son modèle d’affaires alliant culture scientifique et culture entrepreneuriale. Cette gestionnaire de haut calibre, reconnue internationalement par ses pairs, a quitté Héma-Québec en avril 2011, après avoir dirigé l’organisme durant trois mandats successifs.

La participation de Mme Décary à de nombreux comités internationaux témoigne de son savoir-faire et de son engagement envers la collectivité. Plusieurs distinctions, dont le prix Armand-Frappier (2005) et le grade d’officier de l’Ordre du Canada (2012), ponctuent son parcours, saluant tour à tour la grande scientifique et la femme d’exception. Mme Décary administre maintenant des sociétés.

Elle a été élue au Conseil de l'Ordre en 2012, puis réélue en 2015.


Clément Richard, officier – 2010

Avocat et homme politique québécois, Clément Richard est un acteur clé de la culture québécoise post-Révolution tranquille. Que ce soit comme enseignant, avocat, ministre ou homme d’affaires, il s’est appliqué, tout au long de sa carrière, à faire rayonner les arts et la culture. Il siège aujourd’hui à plusieurs conseils d’administration d’organismes culturels.

M. Richard a été élu au Conseil de l’Ordre en 2011 et réélu en 2014.



Liza Frulla, officière – 2016

Liza Frulla s’est démarquée en qualité de ministre provinciale et fédérale dans le secteur de la culture. C’est elle qui a assuré l’élaboration et la mise en place de la première politique culturelle intégrée du Québec. Elle a également joué un rôle charnière dans la réalisation et la ratification de la Convention sur la protection et la promotion de la diversité des expressions culturelles de l’UNESCO. Outre son parcours exemplaire de parlementaire engagée et de citoyenne active, elle a su afficher une compétence particulière dans le domaine des médias électroniques, s’y distinguant par ses qualités de haute gestionnaire, d’animatrice, de chroniqueuse et de commentatrice de l'actualité politique.

Elle a été élue au Conseil de l’ordre en 2016.



Neil Bissoondath, chevalier – 2010

Écrivain d'expression anglaise, Neil Bissoondath rédige surtout des romans à caractère social et psychologique, son œuvre traitant abondamment de la question identitaire. D’origine trinidadienne, ce romancier discret, qui parle parfaitement français, s'est vite imposé comme l'un des plus grands écrivains d'Amérique du Nord. Ses livres, salués par la critique d'ici et d'outre-Atlantique, sont aujourd'hui publiés en plusieurs langues et traduits en français chez divers éditeurs de la France et du Québec. Mais surtout, ils font de lui un modèle d'intégration à la société québécoise.

Neil Bissoondath a été élu au Conseil de l’Ordre en 2016.


Paul Gérin-Lajoie, grand officier – 1998

Avocat, philanthrope et homme politique marquant de la Révolution tranquille, Paul Gérin-Lajoie a été le premier ministre de l’Éducation de l’histoire du Québec. Il a joué un rôle clé dans la grande réforme du système éducatif québécois. On lui doit aussi la doctrine Gérin-Lajoie, énoncée en 1965, qui guide toujours, aujourd’hui, la politique internationale du Québec.

Président de l’ACDI de 1970 à 1977, il a contribué à donner au Canada une place d’avant-garde dans la coopération avec les pays du Tiers-Monde. Depuis 1987, il se consacre à la Fondation Paul Gérin-Lajoie, qui fait œuvre d’éducation auprès des jeunes.

M. Gérin-Lajoie a été élu au Conseil de l’Ordre en 2014.


Jean-Claude Poitras, officier – 2012

Ce grand créateur de mode qui se consacre maintenant davantage aux arts d’intérieur (ameublement, literie, objets déco, accessoires de table), est constamment à la recherche d’excellence, cherchant toujours à démocratiser le beau. Il appose même sa griffe – toujours synonyme absolu de raffinement et de qualité – sur le cadeau d’entreprise, les cuisines et l’art du vitrail qu’il réinvente. Ce grand philanthrope, qui cumule plus de 40 ans de carrière, prête régulièrement sa voix et sa notoriété à plusieurs organismes caritatifs, humanitaires et culturels.

M. Poitras a été élu au Conseil de l’Ordre en 2015.


Jean-Louis Roy, officier – 2015

Ancien directeur du quotidien Le Devoir, Jean-Louis Roy a grandement contribué à l’épanouissement de la Francophonie par les fonctions importantes qu’il a tenues, notamment celles de délégué général du Québec à Paris, de secrétaire général de l’Agence intergouvernementale de la Francophonie (AIF) et de président du CA du Centre de la francophonie des Amériques. Il s’est aussi illustré par son fort engagement en faveur du déploiement mondial des droits et libertés. Avant d’être président de Droits et Démocratie, puis directeur-fondateur de l’Observatoire mondial des droits de l’Homme, il a institué, à l’AIF, la coopération, à petite et grande échelle, en diverses matières : la justice, le respect des droits de la personne, le soutien au processus électoral et d’autres encore.

M. Roy a été élu au Conseil de l’Ordre en 2015.


Claudine Roy, chevalière – 2010

Claudine Roy est une femme d'affaires bien connue dans sa Gaspésie natale et au Québec. Fondatrice et propriétaire du premier bistro de la Gaspésie pendant plus de trente ans, Mme Roy est maintenant propriétaire de l'Auberge sous les arbres et PDG de Gestion immobilière Gaspé. Engagée sur de multiples fronts afin que sa Gaspésie soit reconnue comme la destination à découvrir au Canada, elle a, entre autres, présidé les fêtes soulignant le 475e anniversaire de l'arrivée de Jacques Cartier à Gaspé, en 2009. De plus, elle préside, depuis 2003, les Traversées de la Gaspésie, qu’elle a lancées avec des amis. Ces activités reconnues maintenant à l’échelle internationale sont des atouts majeurs pour le développement du tourisme automnal et hivernal dans la région. Administratrice de société certifiée, Mme Roy siège notamment aux conseils d'administrations de Desjardins Capital régional coopératif depuis 2009, de la société d’État Investissement Québec depuis 2011 et de l'Association des restaurateurs du Québec depuis 2010.

Mme Roy a été élue en 2016.


Description des « grandes régions électorales »

  • Grande région A : Montréal, Laval, Laurentides, Lanaudière, Montérégie (1 poste à pourvoir)
  • Grande région B : Québec et Chaudière-Appalaches (1 poste à pourvoir)
  • Grande région C : Estrie, Mauricie et Centre-du-Québec
  • Grande région D : Saguenay–Lac-Saint-Jean, Côte-Nord, Abitibi-Témiscamingue, Outaouais, Bas-Saint-Laurent, Nord-du-Québec et Gaspésie–Îles-de-la-Madeleine (1 poste à pourvoir)
Mise à jour : 23 novembre 2016
Mise en ligne : 30 mai 2011
Accessibilité   |   Politique de confidentialité   |   Règlement sur la diffusion de l'information

Gouvernement du Québec
© Gouvernement du Québec, 2017