L'Ordre national du Québec - Honneur au peuple du Québec - La plus haute distinction décernée par le gouvernement du Québec.

Membres du Conseil

Claudine Roy, chevalière – 2010, présidente du Conseil de l'Ordre

Femme d'affaires originaire de la Gaspésie, engagée, depuis plus de 45 ans, dans le développement économique, touristique, culturel et social de sa région, Claudine Roy est administratrice de sociétés, propriétaire de l'Auberge sous les arbres, de même que présidente et fondatrice des Traversées de la Gaspésie. Depuis plusieurs années, elle contribue à la mise en œuvre de multiples initiatives qui connaissent, aujourd'hui, une réputation internationale. De plus, elle mène, au sein de sa région, plusieurs campagnes de financement au profit des milieux culturel, social et de l'éducation. Titulaire d'un baccalauréat spécialisé en éducation physique de l'Université d'Ottawa et d'un certificat en sciences de l'éducation de l'Université de Rimouski, Mme Roy détient la désignation d'administratrice de sociétés certifiée du Collège des administrateurs de sociétés de l'Université Laval. Elle siège à plusieurs conseils d'administration, dont ceux d'Investissement Québec, de l'Institut du tourisme et d'hôtellerie du Québec et du Centre de transfert des entreprises du Québec. Claudine Roy est lauréate du Prix d'excellence des diplômés de l'Université du Québec à Rimouski, pour son parcours exceptionnel. Elle est aussi médaillée du lieutenant-gouverneur du Québec pour mérite exceptionnel, chevalière de l'Ordre national du Québec, depuis 2010, membre de l'Ordre du Canada, depuis 2018, et gagnante du Prix du réseau des femmes d'affaires du Québec, dans la catégorie Bénévole fortement engagée. Elle a été élue au sein du Conseil de l'Ordre national du Québec, en 2016, puis réélue en 2019 ainsi qu'en 2022.


Paul Grand'Maison, chevalier – 2015, vice-président du Conseil de l'Ordre

Médecin de famille, éducateur et gestionnaire de haut niveau à la Faculté de médecine et des sciences de la santé de l’Université de Sherbrooke (1976-2017), Paul Grand’Maison est professeur émérite de cette dernière depuis 2020. Durant sa carrière, il a influencé l’évolution de la médecine, tant générale que familiale, et de l’éducation médicale au Québec, au Canada et à l’échelle internationale. Il a occupé le poste de directeur du Centre collaborateur de l’Organisation mondiale de la santé pour le développement des ressources humaines (2001-2014), une désignation exceptionnelle de la Faculté de médecine et des sciences de la santé de l’Université de Sherbrooke. À ce titre, il a collaboré étroitement avec plus d’une vingtaine de facultés de médecine sur le plan international. Depuis les années 2000, il est un ardent promoteur, au Québec, au Canada et à l’international, de la responsabilité sociale des facultés de médecine pour que celles-ci répondent mieux aux besoins de santé prioritaires de la société. En 2013, il a reçu le prix international Charles-Boelen pour la responsabilité sociale, décerné par l’Association des facultés de médecine du Canada. Il est toujours actif en ce domaine. Il est notamment membre du comité de direction du Réseau international francophone pour la responsabilité sociale en santé, depuis 2016, ainsi que, depuis 2019, du Comité d’agrément des facultés de médecine francophones à l’échelle mondiale de même que de la coordination internationale et de la contribution à l’initiative Integrating Social Accountability in Accreditation Think Tank. Il a reçu de prestigieuses reconnaissances de plusieurs organisations : Académie canadienne des sciences de la santé, Collège des médecins du Québec, Collège des médecins de famille du Canada, Collège royal des médecins et chirurgiens du Canada, Association des facultés de médecine du Canada, doctorat d’honneur de l’Université Laval ainsi que membre émérite de l’Ordre de l’excellence en éducation du Québec. Engagé envers l’approche humaine en santé, le Dr Grand’Maison a publié, en 2016, avec le philosophe Jean Proulx, le livre Guérir est humain : pour une prescription de la relation.

Il a été élu au Conseil de l’ordre en 2020.


Françoise Bertrand, chevalière – 2008

Après une carrière de 40 ans comme dirigeante d’entreprise, Mme Françoise Bertrand consacre désormais son temps à ses fonctions d’administratrice de société. Depuis le printemps 2017, elle est présidente du conseil d’administration de VIA Rail Canada. Elle est membre du conseil des gouverneurs de l’Université Concordia ainsi que du comité consultatif de Transurban. Elle a siégé au conseil d’administration de Québecor pendant 11 ans et en a été la présidente de 2011 à 2014. De plus, elle a été présidente du conseil d’administration de Proaction International et membre de celui d’Osisko redevances aurifères. Elle a occupé plusieurs fois les postes de présidente et de chef de direction, notamment à la Fédération des chambres de commerce du Québec, au Conseil de la radiodiffusion et des télécommunications canadiennes et à la Société de télédiffusion du Québec, mieux connue sous le nom de Télé-Québec. Auparavant, elle a agi à titre de doyenne de l’Université du Québec à Montréal. Elle a aussi travaillé, pendant quelques années, pour des entreprises de consultation, dont KPMG, et à titre d’associée du groupe Secor. Au cours de sa carrière, elle a obtenu plusieurs distinctions, dont celles de chevalière de l’Ordre national du Québec, d’officier de l’Ordre du Canada, de chevalier de la Légion d’honneur, de commandeure de l’Ordre de Montréal ainsi que fellow ICD.

Mme Bertrand a été élue au Conseil de l’Ordre en 2021.


Neil Bissoondath, chevalier – 2010

M. Neil Bissoondath est professeur titulaire au département de littérature, théâtre et cinéma de l’Université Laval. Écrivain d’expression anglaise, il rédige surtout des romans à caractère social et psychologique, son œuvre traitant abondamment de la question identitaire. M. Bissoondath est né dans la ville trinidadienne d’Arima en 1955. À 18 ans, il a quitté son île natale pour venir s’établir au Canada, soit en Ontario. Il a étudié à l’Université York, à Toronto, où il a obtenu une licence en lettres françaises en 1977. Ce romancier discret, qui parle parfaitement français, s’est vite imposé comme l’un des plus grands écrivains d’Amérique du Nord. Ses livres, rédigés originalement en anglais et salués par la critique d’ici et d’outre-Atlantique, sont aujourd’hui publiés en plusieurs langues et traduits en français chez divers éditeurs de la France et du Québec. En février 2010, M. Bissoondath a reçu le prix Olivier-Le Jeune, décerné par l’Association des communautés culturelles et des artistes. Cette distinction lui a été accordée pour l’ensemble de son œuvre littéraire et parce que l’auteur représente un modèle d’intégration à la société québécoise. Détenteur de deux doctorats honorifiques, l’écrivain a siégé au conseil d’administration de PEN Canada pendant six ans, dont trois comme vice-président. Il est également officier de l'Ordre du Canada.

M. Bissoondath a été nommé au Conseil de l’Ordre, en 2016, puis réélu en 2018 et en 2021.


Arlette Cousture, chevalière – 2012

Mme Arlette Cousture a exercé plusieurs métiers avant de se consacrer entièrement à l’écriture. Elle a été animatrice pour différents magazines culturels, recherchiste, journaliste et même relationniste. Ses talents de conteuse ont conquis un vaste public ici et ailleurs. Son souffle romanesque, son don pour la création de personnages attachants et son sens aigu du rythme lui ont inspiré notamment Les filles de Caleb (un million et demi d’exemplaires vendus dans la Francophonie) et Ces enfants d’ailleurs, deux fresques portées au petit écran. Au début de 2012, la romancière publiait Petals’ Pub, qui met ses héroïnes en scène dans le Montréal de la fin du XIXe siècle. D’un livre à l’autre, elle rappelle la place importante qu’occupent les femmes dans l’histoire du Québec. Elle a aussi publié dernièrement En plein chœur et En voiture! All Aboard! aux éditions Libre Expression. En plus d’avoir été couronnée personnalité littéraire de l’année, en 1987, elle a été présidente et invitée d’honneur à différents salons du livre. Elle a aussi remporté plusieurs distinctions pour ses œuvres, dont le Prix du public du Salon du livre de Montréal à deux occasions. Elle a été reçue officier de l’Ordre du Canada, en 1998, ainsi que chevalière de l’Ordre national du Québec, en 2012, et a été récipiendaire de l’Ordre de la Pléiade en 2004. Elle s’implique activement, depuis plusieurs années, pour la sensibilisation à la sclérose en plaques et pour la défense des enfants avec des handicaps intellectuels.

Mme Cousture a été élue au Conseil de l’Ordre, en 2018, et réélue en 2021.


Liza Frulla, officière – 2016

Liza Frulla s'est démarquée en qualité de ministre provinciale et fédérale dans le secteur de la culture. C'est elle qui a assuré l'élaboration et la mise en place de la première politique culturelle intégrée du Québec. C'est également elle qui a joué le rôle charnière dans la réalisation et la ratification de la Convention sur la protection et la promotion de la diversité des expressions culturelles de l'UNESCO. Outre son parcours exemplaire de parlementaire engagée et de citoyenne active, elle a su afficher une compétence particulière dans le domaine des médias électroniques, s'y distinguant par ses qualités de haute gestionnaire, d'animatrice, de chroniqueuse et de commentatrice de l'actualité politique. Liza Frulla est membre du Conseil de l'Ordre national du Québec et présidente des conseils d'administration de Culture Montréal et de Destination Canada, en plus de siéger au conseil d'administration de la Chambre de commerce italienne du Canada. Mme Frulla a été nommée membre de l'Ordre du Canada, officière de l'Ordre national du Québec, première compagne de l'Ordre des arts et des lettres du Québec ainsi qu'officier de l'Ordre de la Pléiade. De plus, elle a reçu le prix René-Chaloult des anciens parlementaires ainsi que la Médaille de l'Assemblée nationale du Québec. Elle a été élue au Conseil de l'ordre, en 2016, et réélue en 2019 ainsi qu'en 2022.


Jacques Girard, chevalier – 2017

Jacques Girard a travaillé pour les secteurs public et privé, successivement dans le monde éducatif, dans le milieu des communications et dans le domaine du développement économique. Il a occupé plusieurs postes de direction, notamment ceux de secrétaire général de l’Université de Montréal (1969-1974), de sous-ministre adjoint à l’Enseignement supérieur (1974-1978), de sous-ministre de l’Éducation (1978-1983), de président-directeur général de la Société de radio-télévision du Québec (1983-1988) et de Montréal International (1996-2004) ainsi que de président du groupe Québecor (1994-1996) et du conseil d’administration du Centre financier international de Montréal (1997-2015). Il a terminé son mandat au conseil d’administration de Finance Montréal en 2017. M. Girard fait actuellement partie des conseils d’administration de l’Université de Montréal, de la Fondation pour l’alphabétisation et du Festival Classica. Il est également président des conseils d’administration de la Fondation Lionel-Groulx et de l’Association générale des diplômés de l’Université de Montréal.

M. Girard a été élu au Conseil de l’Ordre en 2017 et réélu en 2020.



John R. Porter, officier – 2017

Entrepreneur culturel d'exception, John R. Porter a fait grandir substantiellement le Musée national des beaux-arts du Québec en renommée, en taille et en succès populaire. Éminent professeur de l'Université Laval, il en a présidé le conseil d'administration pendant cinq ans. Chercheur pionnier, il a fait des découvertes importantes dans les domaines de la peinture, de la sculpture, des métiers d'art et du mobilier ancien. Auteur prolifique, il a signé des publications majeures. John R. Porter est né à Lévis, en 1949. Il a obtenu une maîtrise en histoire de l'art de l'Université Laval, en 1972, et un doctorat du même champ d'études de l'Université de Montréal, en 1981. De 1972 à 1978, il a été conservateur adjoint de l'art canadien ancien au Musée des beaux-arts du Canada. Puis, en plus d'avoir intégré le corps professoral de l'Université Laval, en 1990, il s'est joint, à titre de conservateur en chef, au Musée des beaux-arts de Montréal, sans pour autant délaisser l'enseignement. Trois ans plus tard, le Musée national des beaux-arts du Québec l'a embauché en tant que directeur général. M. Porter s'est aussitôt affairé à mettre sur pied les diverses collections du Musée, à les déployer à grande échelle et à les rendre à la portée d'un public varié. Il a enrichi la programmation de cette institution par des expositions qui se sont succédé à un rythme exaltant. Ces expositions, mémorables, mettent en valeur non seulement la production de grands artistes québécois, mais encore des lots impressionnants d'œuvres de maîtres étrangers. En 2008, M. Porter a quitté sur un crescendo, avec l'exposition Le Louvre à Québec, ses hautes fonctions pour assurer la présidence de la fondation du Musée national des beaux-arts du Québec ainsi que le commissariat de l'ambitieux chantier d'agrandissement de l'établissement, dont il est l'instigateur. L'inauguration du pavillon Pierre-Lassonde, en 2016, a marqué la concrétisation du rêve que caressait M. Porter d'un musée largement ouvert sur le monde. Les réalisations exemplaires de M. Porter lui ont valu de nombreuses distinctions et marques de reconnaissance au fil des années, au pays et à l'étranger. Aujourd'hui, M. Porter a plusieurs livres en chantier et il continue de s'intéresser aux enjeux de la gouvernance et du mentorat dans ses divers engagements bénévoles, entre autres à titre de président de la Fondation Félix-Leclerc et de membre de la Fondation Jean Paul Riopelle. Il a été élu au Conseil de l'ordre en 2022.


Jean-Louis Roy, officier – 2015

M. Jean-Louis Roy a fondé l’Observatoire mondial des droits de l’homme en 2008. De 2001 à 2007, il a été chancelier de l’Université Sainte-Anne, de Pointe-de-l’Église, en Nouvelle-Écosse. Docteur en histoire de l’Université McGill, il est aussi détenteur d’une licence en histoire de l’Université Laval, ainsi que d’une autre en philosophie moderne de même que d’une maîtrise en philosophie médiévale de l’Université de Montréal. Il a enseigné l’histoire contemporaine et les relations internationales à l’Université McGill, à l’École nationale d’administration de Paris et au campus Glendon de l’Université York de Toronto, où il a fondé la Chaire d’études québécoises, ainsi qu’aux universités d’Ottawa, de Moncton et de Trois-Rivières. Il a également enseigné la géopolitique au dernier cycle des études à Polytechnique Montréal. De 2007 à 2010, il a été chercheur invité au Centre de recherche en droit public de l’Université de Montréal. Il a été conférencier et professeur invité dans de nombreuses universités internationales. Des institutions mondiales, dont le Haut-commissariat des Nations Unies aux droits de l’homme, l’Organisation internationale de la Francophonie, l’Organisation du monde islamique pour l’éducation, les sciences et la culture, l’Institut de la Francophonie pour le développement durable, et plusieurs gouvernements, y compris ceux du Québec et du Canada, font appel à son expertise. M. Roy est actuellement membre de plusieurs conseils d’administration. Il a aussi été conseiller pour des entreprises du secteur privé. Il est docteur honoris causa des universités de Moncton (en droit), Sainte-Anne de Pointe-de-l’Église (en lettres) et d’Ottawa (en sciences sociales). Il a été décoré par plus de vingt-cinq pays. Il est également l’auteur de nombreux ouvrages d’histoire, d’analyse politique et de création littéraire.

M. Roy a été élu au Conseil de l’Ordre, en 2015, puis il a été réélu en 2018 et en 2021.


Description des « grandes régions électorales »

  • Grande région A : Montréal, Laval, Laurentides, Lanaudière, Montérégie
  • Grande région B : Québec et Chaudière-Appalaches
  • Grande région C : Estrie, Mauricie et Centre-du-Québec
  • Grande région D : Saguenay–Lac-Saint-Jean, Côte-Nord, Abitibi-Témiscamingue, Outaouais, Bas-Saint-Laurent, Nord-du-Québec et Gaspésie–Îles-de-la-Madeleine
Mise à jour : 1er février 2023
Mise en ligne : 30 mai 2011

Recherche dans le site

Raccourcis