Ordre national du Québec - Honneur au peuple du Québec

Restaurer la taille du texteAugmenter la taille du texte


Jean Gérin-Lajoie (1928 – 2020)

Chevalier (1985)

Jean Gérin-Lajoie était un pilier du mouvement syndicaliste québécois. Il a contribué de manière notable à la création du Tribunal du travail du Québec, au renforcement du Code du travail du Québec et à la mise en place d’importants dispositifs législatifs concernant les relations professionnelles, dont la Loi sur les normes du travail.

M. Gérin-Lajoie est né à Outremont en 1928. Après des études supérieures au Missouri, à l’Université de Saint-Louis, puis en Angleterre à la prestigieuse Université d’Oxford, il a obtenu un doctorat en économie de l’Université McGill en 1953.

Ses activités syndicales ont débuté en 1947, lorsqu’il fut nommé délégué syndical à l’usine textile Montreal Cotton de Salaberry-de-Valleyfield.

À partir de 1952, il a occupé des postes permanents au Syndicat des Métallos, d’abord comme représentant, de 1952 à 1965, puis comme directeur québécois (élu au suffrage universel) de 1965 à 1981.

De 1959 à 1981, il a occupé la fonction de vice-président de la Fédération des travailleurs du Québec. Au cours de la même période, il fut porte-parole de la centrale syndicale au sein du Conseil supérieur du travail ainsi que du Conseil consultatif du travail et la main-d’œuvre (aujourd’hui Comité consultatif du travail et de la main-d'œuvre), participant ainsi de manière intense et soutenue aux débats concernant la législation québécoise du travail.

En 1984, le gouvernement québécois l’a nommé membre de la Commission consultative sur le travail et la révision du Code du travail.

Par la suite, il a enseigné les « relations industrielles  à l’École des hautes études commerciales (aujourd’hui HEC Montréal) pendant bon nombre d’années.

Au reste, il se fit l’historien des Métallos en publiant à leur sujet deux ouvrages respectivement parus en 1973 et en 1982.