Ordre national du Québec - Honneur au peuple du Québec

Restaurer la taille du texteAugmenter la taille du texte


Claude Béland (1932 – 2019)

Grand officier (2014)

Officier (1992)

Claude Béland était un homme d’action et de réflexion : il a enseigné à l’université, a présenté maintes conférences devant divers publics, a animé les ondes radiophoniques et s’est investi dans une variété d’organisations québécoises vouées au mieux-être socioéconomique. Artisan contemporain du Mouvement Desjardins, il avait à cœur le déploiement du coopératisme à l’extérieur du Québec, ayant joué un rôle notable auprès de l’Alliance coopérative internationale, de l’Association internationale des banques coopératives et de Développement international Desjardins.

M. Béland naquit à Outremont en 1932. Diplômé en droit de l’Université de Montréal, il fut admis au Barreau du Québec en 1956.

Au cours de son long parcours, il s’est affiché comme un homme au service…

– du coopératisme : En 1962, il participa à la fondation d’une fédération francophone de caisses d’épargne et de crédit qui, paradoxalement, a reçu l’appellation de Quebec Savings and Credit Funds Federation, avant d’adopter le nom de Fédération des caisses d’économie et de crédit du Québec, puis de Fédération des caisses d’économie du Québec. En 1971, il rejoignit professionnellement cette fédération dont il avait été, à ses débuts, conseiller juridique bénévole. En 1979, il en devint le directeur général et l’affilia aussitôt au Mouvement des caisses Desjardins. En 1985, il fut nommé adjoint au président du Mouvement Desjardins et, un peu plus tard, élu président, une fonction qu’il a tenue de 1987 à 2000.

– de l’État québécois : Il a notamment été membre de la commission Bélanger-Campeau, président du Sommet sur l’économie et l’emploi de 1996, président-directeur de la Société d’implantation du centre hospitalier de l’Université de Montréal, président du comité directeur des États généraux sur la réforme des institutions démocratiques de 2003 ainsi qu’administrateur de la Régie des rentes du Québec et de la Caisse de dépôt et placement du Québec.

– des épargnants et des investisseurs : En 2001, il intégra le nouveau Groupe de travail sur l’encadrement du secteur financier, puis, en 2008, le Groupe international de recherche en éthique financière. De 2006 à 2012, il était à la tête du conseil d’administration du Mouvement d’éducation et de défense des actionnaires.

– de la gouvernance démocratique et du développement durable : Dans la décennie 2000, il était actif au sein de l’Institut pour le progrès socioéconomique, de l’Institut du nouveau monde, du Mouvement démocratie et citoyenneté ainsi que de la chaire de responsabilité sociale et de développement de l’École des sciences de la gestion de l’UQAM. Il présidait, en plus, la Fondation de lutte au décrochage scolaire de Montréal.